Le dirigeant peut-il déléguer le changement du mode de gouvernance de son entreprise à des collaborateurs ou est-ce une question trop critique pour qu’un autre que lui s’en empare? Assumer ou déléguer ? Telle est la question !

Aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreux patrons choisissent de confier les rênes à leurs collaborateurs pour réinventer l’organisation et la gouvernance de leur entreprise. Un choix que j’ai pu observer régulièrement, encore récemment  avec deux entreprises dont un informaticien pour l’une et un responsable RH pour l’autre avaient été commis pour entreprendre ce chantier pour le moins ambitieux.

La responsabilité incessante d'un leader, c'est de supprimer tous les détours, toutes les barrières pour s'assurer que la vision est claire, puis réelle

Jack WelchAncien président du groupe américain General Electric

Qui pour prendre la décision ?

Si, en soi, il n’y a rien de nouveau dans cette situation, il me semble fondamental d’insister sur son absurdité. Car, choisir de déléguer et de mandater toute autre personne que le patron pour réinventer l’organisation, c’est un peu comme « marcher à l’envers ». C’est aussi et surtout faire preuve, de la part du patron, d’une forme de naïveté et d’une certaine inconscience. Ceci ne veut pas dire que le patron doit le faire seul mais que le changement de gouvernance est de sa responsabilité, en tant que mandataire social, responsable des actes de gestion qui lui ont été délégués à ce titre.

Ne nous méprenons pas. Décider de réinventer l’organisation, de donner vie à une nouvelle gouvernance, doit rester sous l’autorité du patron. En tant que mandataire social, il est le seul à pouvoir porter cette responsabilité, à incarner cette « accountability » qui lui confère l’autorité nécessaire. Choisir un collaborateur, même « volontaire », c’est l’affubler d’une charge, d’une responsabilité et d’une compétence qui le dépassent.

Témoignage de Sébastien Di Pasquale, gérant de L'Atelier du Laser, son chemin en tant que dirigeant dans la libération de son entreprise

Vous souhaitez connaître les erreurs faites par Sébastien ? Découvrez-les avec un premier rendez-vous !

Le fruit d’une incompréhension

Soyons clairs. Il est totalement incompréhensible que le dirigeant d’une entreprise se décharge de sa responsabilité, de son mandat dès lors que l’organisation opère une transmutation. Sa gouvernance est une affaire bien trop sérieuse pour que le patron s’en désintéresse.

Car, c’est bien de cela qu’il s’agit. En opérant ainsi, en faisant preuve d’une telle incompréhension des enjeux qui traversent son entreprise, il donne à voir un désengagement hasardeux. Ne pas prendre au sérieux l’étendue du chantier qui fait face à lui, c’est faire preuve d’une certaine inconscience.

Bernard Marie Chiquet

About Bernard Marie Chiquet

Bernard Marie CHIQUET a été plusieurs fois entrepreneur et dirigeant de grandes entreprises : Executive Director chez CAPGEMINI, Senior Partner chez Ernst & Young, Président - Fondateur de Eurexpert. Dans un deuxième volet de sa carrière, il est devenu coach (HEC), médiateur (CAP’M), coach en Holacracy (2011) et Master Coach. Il est aujourd'hui Fondateur de IGI Partners (créé en 2007) Formateur, consultant en organisation, coach, conférencier, professeur à l’IAE Lyon School of Management (Université Jean Moulin Lyon III) et intervenant à HEC Executive Education.