C’est désormais moi qui suis mon propre patron ! Cela ne veut pas dire que je fais ce que je veux, bien au contraire, mais que je suis libre de faire ce que je veux et comment je veux le faire dans le cadre de la raison d’être de mes rôles et bien sur celle de l’entreprise. Quelle avancée ! Plus personne pour me dire comment faire mon travail, plus de chef pour me dicter mes prochaines actions ou projet : je suis libre, libre de créer et d’avancer. Cette liberté a un prix, c’est de suivre scrupuleusement les règles du jeux, la Constitution de l’Holacratie. Si on ne suit pas les règles du jeux, on s’expose à des sanctions comme lorsque l’on commettait une insubordination. Grâce à l’holacratie, j’ai pu mettre en place des projets qui auraient été jugés, pesés, repesés et refusés par une personne dont ce n’est pas le métier. Maintenant, c’est moi qui ait le pouvoir car je suis la bonne personne dans le bon rôle : quel bonheur ! Pour fini, j’ai pu processer des tensions très facilement avec le processus holacratique, ce qui n’aurait pas été le cas dans une organisation classique dû aux jeux de pouvoir et à la politique inhérente à toute organisation pyramidale

Hugo MouraretChargé de développement chez Scarabée Biocoop (France) 350 p.

Convaincu que le temps est venu de rompre avec le modèle hiérarchique, le directoire de l’entreprise fait le choix fort d’un nouveau système d’organisation. Porteur d’autonomie et de responsabilité, d’efficience et d’épanouissement pour tous dans l’entreprise : l’holacratie. C’était en novembre 2014. L’occasion de revenir sur un parcours pas toujours simple et jamais rectiligne. Un parcours fait de bonnes et de moins bonnes surprises, d’une remise en question de chacun et de tous. Surtout, un parcours synonyme d’une transmutation qui a opérée avec succès et permis l’émergence d’une organisation réinventée.

Cinq ans plus tard, le chemin parcouru est spectaculaire. Il est la preuve qu’un nouveau modèle d’organisation est non seulement souhaitable mais possible. Un modèle fondé sur un faisceau de règles explicites, partagées, des processus et une gouvernance transparents, sur une constitution, celle de l’holacratie. Pour des équipes responsables et engagées au service d’une entreprise dynamique et pérenne.

Témoignage d'Isabelle Baur (Présidente du Directoire) et Hugo Mouraret sur le chemin parcouru en 5 ans d'holacratie, type de management constitutionnel

Vous êtes intéressé pour vous lancer comme Isabelle et Hugo ? Essayez avec un premier rendez-vous !

Briser les mauvais côtés de la hiérarchie et faire émerger une organisation nouvelle

Ici comme ailleurs, le choix d’opter pour l’holacratie, et plus largement pour un modèle d’organisation constitutionnel, répond à une volonté partagée d’aller vers quelques chose de vraiment différent. En cela, l’holacratie incarne cette décision de rompre avec l’organisation conventionnelle, avec la vision hiérarchique qu’elle induit. Jeux de pouvoirs, règne de l’implicite et des non-dits, elle vient briser tous les mauvais côtés de la hiérarchie. Parce qu’elle n’est en rien une énième théorie managériale, son but n’est pas d’améliorer, de mettre au goût du jour le modèle conventionnel mais de faire émerger une organisation intégralement réinventée.

Bernard Marie Chiquet

About Bernard Marie Chiquet

Bernard Marie CHIQUET a été plusieurs fois entrepreneur et dirigeant de grandes entreprises : Executive Director chez CAPGEMINI, Senior Partner chez Ernst & Young, Président - Fondateur de Eurexpert. Dans un deuxième volet de sa carrière, il est devenu coach (HEC), médiateur (CAP’M), coach en Holacracy (2011) et Master Coach. Il est aujourd'hui Fondateur de IGI Partners (créé en 2007) Formateur, consultant en organisation, coach, conférencier, professeur à l’IAE Lyon School of Management (Université Jean Moulin Lyon III) et intervenant à HEC Executive Education.