Paris, le 19 janvier 2022Depuis juin 2021, l’Institut de Conseil et d’Études en Développement Durable (ICEDD) a choisi de refondre son organisation en s’appuyant sur l’Holacratie et sur l’accompagnement de l’institut iGi. Précurseur en matière de développement durable depuis 60 ans, l’entreprise, qui emploie une trentaine de personnes à Namur (Belgique), a opté pour un modèle d’organisation qui doit lui permettre de concilier un ADN fortement participatif avec la nécessité de bâtir une organisation robuste et évolutive. 6 mois après le lancement, les motifs de satisfaction sont déjà nombreux.

BA_Page CP L’ICEDD fait le choix de l’Holacratie 2

Holacratie : l’aboutissement d’une longue réflexion

L’adoption de l’Holacratie est le fruit d’une lente maturation dans l’esprit des équipes et notamment de Gauthier Keutgen, Secrétaire Général de l’ICEDD qui accompagnent les entreprises et les pouvoirs publics dans la transition vers un monde plus durable.

« Le constat d’un nécessaire changement de notre organisation date d’au moins deux ans » explique Gauthier Keutgen. « Le processus s’est progressivement mis en place tout en gardant à l’esprit que nous souhaitons et devons conserver nos valeurs, une philosophie qui a fait notre réussite. »

Les choses ont donc débuté par un premier travail d’évaluation basé sur les réponses collectées auprès de tous les salariés. « Mais le vrai déclic, face à la difficulté d’interpréter ces premiers résultats, a été la lecture puis la rencontre de Bernard Marie Chiquet, le fondateur de l’institut iGi lors d’une formation début 2020. » Séduits par un système de management qui met l’humain au centre et embarque nativement un système d’autoévaluation, la décision a été prise d’adopter l’Holacratie en juin 2021.

Des premières étapes franchies avec succès et des perspectives intéressantes

Depuis le lancement de l’Holacratie à l’ICEDD, l’appropriation progressive se fait grâce à l’accompagnement de chacun. « Un certain nombre de cercles ont d’ores et déjà pu être mis en marche. Néanmoins, nous avons bien conscience que tout cela prendra du temps. Probablement 1 ou 2 ans pour que tous puissent s’emparer pleinement de la nouvelle organisation » précise Gauthier Keutgen.

En 2022, l’enjeu va donc être de réussir à embarquer les quelques personnes qui connaissent encore des difficultés ainsi que tous les nouveaux arrivants. « Avec cette nouvelle année qui débute, notre focus sera d’approfondir la compréhension et les pratiques en s’appuyant sur nos collaborateurs, au travers de formations qui doivent permettre d’asseoir les pratiques » conclut Gauthier Keutgen.