Paris, le 26 avril 2022Dès la création de SoSP il y a 17 ans, son fondateur, Sébastien Nicot, a choisi de rompre avec un modèle d’organisation traditionnel devenu inopérant et surtout inadapté pour une entreprise experte des solutions SharePoint et Microsoft 365 de Microsoft. Face à la forte croissance qui est la sienne, l’entreprise basée à École-Valentin dans le département du Doubs et qui emploie une vingtaine de personnes, a décidé d’opter pour l’holacratie ; pour structurer son organisation et rester fidèle à la culture d’entreprise qui la caractérise depuis ses débuts.

BA_Page CP SoSP, une entrée réussie en holacratie 2

Choisir l’holacratie pour libérer les collaborateurs

En créant SoSP, Sébastien Nicot a immédiatement eu la volonté de bâtir une organisation qui offre clarté et responsabilité à chacun ; de permettre à tous de travailler en confiance. « Cela s’est d’abord fait de façon intuitive. Et puis, en grandissant, surtout depuis deux ans, le besoin nous est apparu essentiel d’apporter de la structure tout en donnant vie à un système de management qui rend libre les collaborateurs. »

C’est dans ce contexte que s’est faite la rencontre avec Bernard Marie Chiquet et les équipes de l’institut iGi. « Comme beaucoup, c’est au fil de lectures et de rencontres que le travail de l’institut iGi nous a semblé le plus adapté pour nous accompagner dans la mise en place de l’holacratie au sein de SoSP » explique Sébastien Nicot. « En commençant d’abord par un travail intense de formation de quelques personnes clés de notre organisation. »

Désormais, un gros chantier a été lancé pour encoder l’ensemble de l’organisation pour qu’elle soit en mesure de répondre aux challenges qui l’attendent. » Un chantier qui est mené par les leaders de cercles et qui traite avant tout de gouvernance et vise à aligner tout le monde sur des indicateurs de performances communs. Un travail fondateur qui prépare, à terme, l’entrée prochaine et la mise en mouvement de toutes les équipes.

Quelles perspectives pour les mois à venir ?

Pour le fondateur de SoSP, « embarquer l’ensemble des équipes est notre priorité pour les mois qui viennent. » Cependant, pour ne pas perturber l’activité – « business first » – ce chantier a été fléché de sorte que tout se déroule durant les périodes plus calmes de l’année.

« Et le premier chantier que nous avons identifié et mis en mouvement pour embarquer nos salariés va consister à déployer une grille d’auto-évaluation qui sera proposée à chacun dans le cadre de la préparation de leurs entretiens professionnels. Pour qu’ils se saisissent pleinement de l’énergie de la responsabilité dans leurs rôles » conclut Sébastien Nicot, le fondateur de SoSP.