À l’instar de ses collègues, Xavier Marcadé s’est précipité dans la brèche lorsqu’il a entendu parler d’une formation de certification de praticien en Holacracy. Ce Parisien de 32 ans a énormément appris de ces cinq jours mêlés entre théorie et pratique, à tel point qu’il pourrait utiliser ses nouveaux acquis dans son domaine de prédilection qu’est le développement durable.

Xavier Marcadé : « Des exercices pratiques enrichissants et un formateur bluffant »

À Paris, Xavier Marcadé jouait quasiment à domicile. Outre la situation géographique de la formation, ce manager dans le développement durable avait déjà effectué les recherches nécessaires pour la compréhension de l’environnement holacratique. « J’avais fait la formation d’introduction en Holacracy en novembre 2011 car je m’intéressais déjà beaucoup à la sociocratie et à l’intelligence collective », se souvient ce fan de surf avant d’ajouter que « Bernard Marie Chiquet m’a donné envie de faire cette formation totalement adaptée au fonctionnement en entreprise ». Et c’est là que tout démarre pour Xavier pour qui Holacracy fût « une énorme découverte à tel point que j’attendais de pied ferme cette seconde formation ». Pour lui, « le sentiment de ne fonctionner qu’entre 40% et 60% de ses capacités en entreprise » n’était plus concevable.

Une expérimentation de haut niveau

Épaté par la qualité de la formation pour la certification de praticien qui a eu lieu en janvier, Xavier Marcadé vante « l’effet miroir quand on est en réunion de gouvernance ou en réunion opérationnelle. On a beau apprendre dans nos formations de management que se comporter en sauveur, en victime ou en bourreau dessert fondamentalement l’entreprise, c’est vraiment pendant ce genre de réunions holacratiques que mes comportements spontanés par rapport à ce phénomène m’ont sauté aux yeux ». Pour entrer plus précisément dans le contenu de la formation, cet entrepreneur de 32 ans s’est senti clairement « à l’aise avec le bon équilibre de ces cinq jours ». Selon lui, c’est particulièrement « l’exercice pratique de la simulation en entreprise » qui a été le plus passionnant à vivre. Il nous explique d’ailleurs en quoi cela consiste. « En l’occurrence, on est quatre ou cinq personnes, on se voit chacun attribuer un rôle que ce soit ‘finance’, ‘marketing’ ou ‘formation’. On nous explique le contexte économique, l’univers extérieur, les contraintes. Et on doit faire tourner la boîte. Moi j’étais directeur financier et dix minutes après avoir pris mon rôle, je sentais très bien les tensions dues à la gestion du cash ». Au final, Xavier en est ressorti satisfait et bluffé par le réalisme de  l’expérimentation.

Bernard Marie Chiquet « incarne Holacracy dans tous ses comportements »

Xavier Marcadé : « Des exercices pratiques enrichissants et un formateur bluffant »

Pour lui, « on touche au cœur de ce qui se passe en entreprise. J’ai compris ce que c’était qu’être distant de ses rôles. J’étais moi d’un côté et mon rôle de l’autre ». La présence de Bernard Marie Chiquet en tant que formateur a largement pesé dans le choix de Xavier Marcadé de suivre cette formation. « Ce que j’aime bien chez lui, c’est qu’au-delà de la formation où il prend la parole, il incarne Holacracy dans tous ses comportements ce qui peut déstabiliser. Il y a une congruence certaine chez lui par rapport à ce qu’il porte. Et puis il m’a bluffé car il était toujours à l’heure. Ce qui est marrant pour un concept où il n’y a pas de deadline », sourit-il.

Un autre exercice a particulièrement plu à notre adhérent, il s’agit de la posture du facilitateur. Il se remémore sentant « que c’était de l’énergie pure, de doute, de volonté d’avancer etc… ». Pour la première fois, cet ingénieur de formation a mis « son intellect en veille ». Ce petit jeu consiste à faire appliquer les règles de conduite en réunion de gouvernance et en réunion opérationnelle. « Il faut s’assurer que tout le monde respecte les règles quitte à interrompre quelqu’un », note Xavier avant de poursuivre : « on est garant de la circulation de l’intelligence, du fait que tout le monde est centré sur le travail à faire pour l’organisation ». Le Parisien s’est targué de ressentir « de l’énergie plutôt que des idées ».

« En 4X4 plutôt qu’entre 4L »

Enfin, Xavier Marcadé a tenu à saluer la richesse de l’exercice des polarités. « Chacun écrit sur un bout de papier ce qu’il a aimé et ce qu’il a pas aimé », explique-t-il, « et ce qui  est intéressant, c’est qu’on a retrouvé plein de choses différentes, on traite donc énormément de polarités ». Du coup, l’homme de 32 ans n’arrête « pas d’en parler, d’envoyer des documents » depuis qu’il est rentré de cette formation. « Je leur dit qu’il y a une façon à la fois de piloter plus efficacement les organisations et d’être pleinement en phase avec qui on est fondamentalement », tonne-t-il, « c’est la preuve par A + B que les deux sont indissociables ». Si jamais quelqu’un douterait de ses arguments, Xavier lui dirait en bon fan de surf « de ne pas trop réfléchir et d’expérimenter dans la réalité. Les Hawaïens lancent leurs enfants très jeunes dans la piscine pour qu’ils apprennent à nager sans leur expliquer dans le détail comment faire… et ça marche très bien ». Il ose une dernière formule pour conclure sa pensée : « avec Holacracy, j’ai l’impression de conduire dans un 4X4 alors que dans un système banal, je roule en 4L ».

Cliquez-ici pour voir le programme de la formation de Certification de Praticien.

Propos tenus par Xavier Marcadé, et recueillis par Anthony Poix, journaliste