Il y a quelques semaines les organisateurs du Social Selling Forum m’ont demandé, dans le cadre d’un échange sur l’avenir du social selling et de l’employee advocacy, de venir partager ma vision sur « les organisations de demain ». Un sujet d’autant plus clé pour une audience de patrons et de professionnels dont le credo est de s’appuyer sur les collaborateurs de l’entreprise pour faire rejaillir sur celle-ci le potentiel de création de valeurs de chacun d’entre eux. Pas cette seule valeur ajoutée, essentiellement transactionnelle et financière, mais une valeur plurielle qui conjugue la raison d’être de chacun et de l’organisation, invite chacun à exprimer ses talents, à endosser la culture et incarner les valeurs de son entreprise. Et, pour ce faire, la première étape reste bien de réinventer les façons d’organiser et de travailler, de les tourner toutes entières vers un seul objectif : la création de valeurs à tous les étages de l’organisation.

Le meilleur manager est celui qui sait trouver les talents pour faire les choses, et qui sait aussi réfréner son envie de s'en mêler pendant qu'ils les font

Théodore RooseveltPrésident des États-Unis d'Amérique

Social « soft » selling

Au-delà de la vente, de la simple dimension business souvent mise derrière le terme de social selling, il serait plus juste, comme le soulignait récemment un patron que j’accompagne, de voir une tentative pour créer une « culture de la création de valeurs » au sein de l’organisation. Pour que tous les collaborateurs deviennent les « ambassadeurs » de la valeur qu’ils créent et des valeurs de l’entreprise. En soi, il ne s’agit de rien d’autre que de créer les conditions pour que chacun puisse travailler sur et révéler ses talents. Là est le véritable préalable pour que les collaborateurs aient l’envie, la volonté de partager leurs réalisations et leurs réflexions, notamment sur les réseaux sociaux. Chacun est centré sur la création de valeurs et peut avoir envie de le partager au monde.

Témoignage de Bernard Marie Chiquet : choisir le business ou le social ?

Vous êtes intéressé pour vous lancer ? Essayez avec un premier rendez-vous !

Raison d’être évolutionnaire, potentiel créateur de valeurs

Pas ce social selling en « mode bourrin » comme le décrit de façon fleurie mon client, focalisé uniquement sur la vente, la conquête commerciale mais un social selling qui est d’abord centré sur le partage et la générosité. Un social « soft » selling où chacun, heureux des résultats de son travail, de ses réflexions, fier de ses succès et de la valeur créée, souhaite partager et en faire profiter ses collègues, ses pairs, son entreprise. Dès lors, et comme certains le pratiquent déjà sur les réseaux sociaux, le collaborateur, le manager, le patron se font ambassadeurs, les tenants de l’employee advocacy de l’entreprise. La valeur crée, les valeurs peuvent ainsi rejaillir sur l’entreprise.

Bernard Marie Chiquet

About Bernard Marie Chiquet

Bernard Marie CHIQUET a été plusieurs fois entrepreneur et dirigeant de grandes entreprises : Executive Director chez CAPGEMINI, Senior Partner chez Ernst & Young, Président - Fondateur de Eurexpert. Dans un deuxième volet de sa carrière, il est devenu coach (HEC), médiateur (CAP’M), coach en Holacracy (2011) et Master Coach. Il est aujourd'hui Fondateur de IGI Partners (créé en 2007) Formateur, consultant en organisation, coach, conférencier, professeur à l’IAE Lyon School of Management (Université Jean Moulin Lyon III) et intervenant à HEC Executive Education.