Le procès France Telecom qui se déroule actuellement à Paris vient mettre en lumière des pratiques managériales d’une violence rare. Mais qui peut affirmer qu’elles l’étonnent ? Bien plus que le procès d’un homme et de sa garde rapprochée, il s’agit d’une mise en accusation d’un modèle qui régit encore nombre d’entreprises. Cette violence que décrivent les victimes est la dernière extrémité d’un système devenu obsolète et prisonnier d’une vision destructrice pour l’entreprise et ravageuse pour ses collaborateurs.

A un journaliste qui me laissait entendre que l'holacratie était une utopie, je lui réponds que c'est le management qui est une utopie - ça fait plus d'un siècle qu'on essaye et qu'on y arrive pas - y a qu'à voir tous le livres sur le sujet à la FNAC - on recherche le manager idéal de coach a servant leader et comme ils n'existent pas on invente à chaque fois un truc nouveau - il est temps selon moi de faire face à la réalité : nous ne sommes pas faits pour fonctionner comme ça

Bernard Marie ChiquetFondateur de l'institut iGi

Si, dans le cas de France Telecom, le harcèlement moral semble avoir été systémique et atteint un rare niveau de violence, il n’en reste pas moins qu’il est la conséquence de pratiques largement répandues. Mue par une vision court-terme, obnubilée par une lecture strictement financière de ses intérêts, l’organisation n’apporte qu’une seule et même réponse à tous ses problèmes : réduire ses effectifs. Point de vision au long court. Point de sens donné aux actions de chacun. La culture d’entreprise s’étiole jusqu’à disparaître. Les énergies s’épuisent puis s’évanouissent. Et c’est l’existence même de l’organisation qui finit par être en jeu.

Dans ces conditions, comment sortir l’organisation de ce cercle vicieux, avant que cette dynamique morbide ne frappe ses collaborateurs ? Indéniablement la réponse est complexe mais doter l’entreprise d’un pouvoir constituant est le premier pas dans la bonne direction. Et, sur cette voie, un outil tel l’holacratie, fondé sur une constitution, peut se révéler un allié de choix.

Quelle différence entre lâcher prise des patrons et une transformation durable et saine pour l'organisation ?

Vous êtes intéressé pour vous lancer dans la transformation ? Essayez avec un premier rendez-vous !

Derniers soubresauts d’un modèle ?

Dans l’affaire France Telecom, un homme est présenté comme le commanditaire d’un processus de réorganisation visant à réduire, à tout prix, les effectifs. Didier Lombard serait le cost killer. Il est celui qui porterait l’entière responsabilité d’une stratégie de harcèlement moral et de déstabilisation des salariés. Pourtant, si sa responsabilité semble bien réelle, elle est le fruit d’une responsabilité sans doute plus large – conseil d’administration et état actionnaire – l’expression d’un modèle d’organisation arrivé au bout de sa logique.

Bernard Marie Chiquet

About Bernard Marie Chiquet

Bernard Marie CHIQUET a été plusieurs fois entrepreneur et dirigeant de grandes entreprises : Executive Director chez CAPGEMINI, Senior Partner chez Ernst & Young, Président - Fondateur de Eurexpert. Dans un deuxième volet de sa carrière, il est devenu coach (HEC), médiateur (CAP’M), coach en Holacracy (2011) et Master Coach. Il est aujourd'hui Fondateur de IGI Partners (créé en 2007) Formateur, consultant en organisation, coach, conférencier, professeur à l’IAE Lyon School of Management (Université Jean Moulin Lyon III) et intervenant à HEC Executive Education.