Comment la mise en place d’un simple logiciel pour décrire l’organigramme d’une entreprise pourrait-elle déclencher une innovation managériale, le renforcement du self-management, et remettre profondément en cause le concept du pouvoir ?

BA_Page Article La technologie peut-elle être à l’origine d’une transformation managériale ? 3

Ce questionnement m’a été donné par un chef d’entreprise que j’ai accompagné : « Comment représenter l’organisation ? », pour que chacun se situe, voit où sont les autres, et que tout le monde puisse évoluer facilement.

Comme beaucoup, ce dirigeant a commencé ce travail en utilisant un organigramme. Insatisfait, il passe à un système de rosaces qui montre rapidement ses limites : manque de concepts, d’outils, de savoir, de compétences… Surtout, il ne parvient pas à y faire entrer tout le monde. C’est alors que son parcours le conduit vers HolaSpirit, outil puissant mais pour lequel un accompagnement s’impose, du fait de sa richesse et de sa complexité. C’est comme cela que la technologie peut être à l’origine d’une transformation managériale et self-managériale

Avec l’holacratie, est arrivé un organigramme plus vivant et représentatif de la réalité, dans lequel les gens, salariés et managers se retrouvent. Avec son émergence, est apparue la nécessité de créer le logiciel associé, à l’origine GlassFrog. Un outil né en même temps que la constitution et qui a évolué parallèlement, tout comme HolaSpirit qui a été développé quelques années plus tard.,

Pour qui veut visualiser et rendre explicite l’organisation de son entreprise et les rôles constitutifs de celle-ci, ces outils sont une solution. Associés à un outil comme l’holacratie, ils libèrent un potentiel de puissance totalement inédit. La mise en place de cette nouvelle technologie peut, c’est certain, déclencher une transformation managériale.